Bannière

http://conneriessurvhs.blogspot.fr/

dimanche 24 juillet 2016

Extrait émission Ça tourne Bromby (1)


Ceux qui ont grandi dans les années 90 ont probablement connu, comme moi, les deux émissions de dessin animés présentées pas Serge Bromberg sur La Cinquième : Cellulo et Ça tourne Bromby.
C'était une habitude de regarder ça le midi, en revenant de l'école. Un peu comme Ça cartoone dans un autre genre, c'était le type d'émission qui transmettait aux enfants des créations de qualités, pour certaines datant d'avant leur naissance, et qu'ils n'auraient pu découvrir autrement.
Je trouve ça ironique que l'émission de Bromberg ait ensuite été remplacée par Midi les zouzous qui, avec ses dessins-animés en modélisation 3D immonde, représente parfaitement le type de programme formaté duquel Cellulo et Ça tourne Bromby se distinguaient.
J'estime que c'était des émissions qui développaient la curiosité et l'imagination des enfants, en leur montrant quelque chose qui dévie de la norme, des créations atypiques qui, pour ma part, m'ont laissé un souvenir bien plus marquant. Je pense à cette série vraiment étrange, Ernest le vampire (critique ici), mais aussi à deux courts-métrages : l'un où un homme dans un open space essaye de fuir alors que tous ses collègues passent, littéralement, à la trappe, et un autre en stop-motion qui représente une course-poursuite entre un policier et un voleur... pour finir par nous montrer que leur conflit est sans fin, puisqu'ils sont sur une route qui tourne en rond.
Souvent quand on soulève des incohérences dans des films destinés au jeune public, il arrive qu'on nous rétorque "mais c'est pour les enfants...". Comme si cela pouvait justifier la paresse scénaristique.
Le fait que ces courts-métrages m'aient laissé un tel souvenir, et que je puisse maintenant en dégager un fond, prouve que les enfants peuvent être réceptifs à une fiction qui stimule un minimum leur intelligence.
(au passage, si quelqu'un me retrouve le nom de ces films...)

Et rien que pour ça, j'admire Serge Bromberg. D'autant plus que j'ai appris depuis qu'il est le président de Lobster films, société de restauration qui s'est chargé d’œuvres diverses, allant de films de Buster Keaton à Polissons et galipettes, une compilation de courts-métrages érotiques du début du 20ème siècle !
Chaque année, durant l’Étrange Festival, Serge Bromberg présente "Retour de flamme", un programme de dessins-animés qu'il accompagne lui-même au piano, en improvisant (cet homme sait tout faire !).
J'étais allé lui faire signer mon programme du festival il y a 4 ans, lui disant que j'avais grandi avec Cellulo... et un type à côté m'a dit que c'était aussi son cas. Et ça me fait plaisir qu'il y ait toute une génération dont l'intérêt pour les films anciens et les curiosités cinématographiques aient été développée par des émissions comme celles de Serge Bromberg.

Bref, tout ça pour dire que je vous présente un extrait de Ça tourne Bromby. Serge Bromberg présentait chaque dessin-animé par une interlude où il était entouré de personnages cartoonesques, un principe quand même peu répandu à la TV à l'époque.
J'en uploaderai d'autres plus tard.


Et en bonus, une vidéo de très mauvaise qualité, prise avec mon appareil photo, où Bromberg brûle une pellicule, chose qu'il fait à chaque "Retour de flamme" :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire