Bannière

http://conneriessurvhs.blogspot.fr/

dimanche 5 avril 2020

Analyse : Land of the dead - Des zombies et des hommes



J'avais envie de faire une chronique de Land of the dead parce que j'aime beaucoup ce film et que contrairement à la trilogie de base de George Romero, celui-ci a très peu été traité. J'ai vu qu'il n'y avait aucune vidéo française sur le sujet, sur Youtube.
Je me dis que le seul point commun entre toutes mes vidéos maintenant, que ce soit mes interviews, Cassettes Mercenaires, ou ce genre de chroniques, c'est que je traite de films dont d'autres ne parlent pas.

Quelques anecdotes supplémentaires par rapport au film, qui sont porteurs de sens mais n'avaient pas leur place dans la vidéo :
-C'est le premier film de George Romero où quelqu'un dit le mot "zombies". On l'entendait dans la VF de Dawn of the dead, mais c'était juste dû à une très mauvaise traduction, qui traduisait ainsi le mot "dummies" (qui veut dire "idiots").

-Ce mot est prononcé par Kaufman dans la scène où il est face à sa fenêtre et dit "Zombies, man. They creep me out." (Les zombies, mec. Ils me font flipper.")
Dans la bande-annonce, on remarque qu'ils ont utilisé une prise différente de celle du film, car dans le film, il le dit en... se curant le nez ! Si ça se trouve, c'était une impro de Dennis Hopper, mais je me dis que ce geste, allié à cette phrase, indique ce qui se cache derrière sa façade de puissant dirigeant.

-On ne voit jamais Big Daddy manger d'humains. Peut-être pour montrer qu'il n'attaque les humains que pour défendre les siens. Ceci étant dit, ça reste uniquement symbolique pour moi, et en dehors de ce que nous montre (ou ne nous montre pas) le film, c'est un zombie qui doit, lui aussi, s'alimenter.

-Dans le trivia IMDb, on apprend que : « "Fiddler's Green" is a song about the place where cavalrymen go when they die, located "Halfway down the trail to Hell", and, in the end, advocates suicide by pistol when death is certain, and the hostiles are closing in. »
Ça peut faire écho au personnage qui se suicide parce qu'il a été mordu par un zombie.

-Dans l'interview de Robert Joy, qui joue Charlie, on apprenait qu'il portait un bonnet troué ; un accessoire qui donnait l'idée qu'il lui manquait quelque chose, dans la tête. On ne le voit pas dans le film, mais ça indique bien le niveau de détail et l'attention au symbolisme pour Romero.

-En faisant le montage, je me suis aperçu de choses nouvelles, y compris des CGI un peu bâclés. Quand on fait exploser les zombies à la fin, il y a un plan où, juste avant que des corps s'envolent, on les voit apparaître de nulle part, superposés sur les autres. Il y a même un débris (numérique) qui arrive vers la caméra... et qui passe derrière un obstacle, alors qu'il est censé être projeté devant.

-En passant des plans image par image, j'ai aussi remarqué qu'un des zombies porte un t-shirt "Toecutter" en référence à Mad Max. Ça doit être un gars des effets spéciaux, puisqu'il me semble que le type qu'il mord au visage est joué par Greg Nicotero :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire