Bannière

http://conneriessurvhs.blogspot.fr/

lundi 30 avril 2018

Pourquoi un documentaire sur Norbert Moutier ?

Ces derniers mois, que ce soit sur le blog ou sur les pages Twitter et Facebook de Conneries sur VHS, j'ai régulièrement fait part des avancées de mon documentaire sur Norbert Moutier... mais sans prendre la peine d'expliquer le projet en lui-même.
Il faut dire que lorsqu'on a filmé la première interview, la direction que prendrait le film était encore floue dans mon esprit. Je ne savais même pas comment désigner le projet : "reportage", "documentaire", ... ou simplement "vidéo" ?
Je pensais encore que je n'interrogerais que quelques personnes, et au compte-goutte, mais en fait cette interview initiale m'a vraiment motivé à enchaîner les autres et à m'investir à fond dans ce projet, qui prend de plus en plus d'ampleur, pour pouvoir le terminer le plus tôt possible.
Cette première interview et les anecdotes insolites qu'elle nous a fourni a ravivé cette vieille obsession que j'ai pour Norbert Moutier, qui remonte à dix ans déjà !
Dix ans que j'ai découvert Ogroff par le biais d'une chronique sur Nanarland alors que j'étais au collège, dix ans que j'ai l'idée d'interviewer plusieurs collaborateurs de Moutier pour parler de ses films (oui déjà ado j'étais sérieusement atteint, je partageais des copies de L'homme-puma ou Turkish star wars dans la cour de récré...).

Je ne dirais pas que je suis fan de Norbert Moutier, ses films sont des série Z fauchées et pas forcément les plus funs ; non, vraiment, il s'agit d'une obsession, c'est le terme approprié, je suis obsédé par Moutier, tant le personnage est atypique.
C'est un ancien comptable venu d'Orléans, qui a abandonné son boulot pour ouvrir sa boutique de VHS, de livres et de BD à Paris, où il vendait son propre fanzine, Monster bis, qui était une référence à l'époque. Et il tournait des films le week-end avec pratiquement aucun budget, généralement dans la cave de son magasin ou dans la forêt ! Ce type a tourné le tout premier slasher français, mais on pouvait tout simplement lui rendre visite dans sa petite boutique, comme si c'était n'importe qui.
Quand j'ai découvert ça, c'était du jamais vu pour moi, et je trouvais l'association de tous ces éléments fascinante. C'est un peu comme si Tobe Hooper avait son propre vidéoclub, ou si Dario Argento avait un magasin pour vendre ses... oh, wait...

Ce que j'admire chez Norbert Moutier, c'est que c'est un passionné de cinéma qui, comme Tommy Wiseau ou Alphonse Béni, sans en avoir réellement eu les moyens, a tout fait pour concrétiser son rêve de faire des films. Et a persisté pendant des années malgré les critiques.
D'ailleurs il m'avait dit un jour qu'il préférait être un cinéphile actif plutôt que passif, et c'est un propos qui m'a marqué pendant longtemps, car je m'y retrouve.
Au final, ma démarche est dans l'esprit de celle de Moutier.
Mon but est de faire un documentaire aussi complet que possible sur l'ensemble de sa carrière : son fanzine, ses romans, et ses films, y compris ceux disparus ou inachevés. Un documentaire dans l'esprit d'Electric boogaloo ou Not quite Hollywood, riche en intervenants qui raconteront l'histoire de ce cinéaste obscur, à défaut de pouvoir l'interviewer lui-même. En fait le bonhomme est plus ou moins reclus à Orléans depuis la fermeture de sa boutique, il n'est plus en contact avec ses anciens collaborateurs, et auparavant déjà, il était réticent à donner des interviews...
J'espère tout de même lui faire parvenir le film au final, raison de plus pour me dépêcher.

Mais même en dehors de ça, il était temps de concrétiser ce projet : depuis que j'ai débuté, j'ai appris le décès de deux anciens collaborateurs de Moutier (Marc Georges, directeur de la photo sur Ogroff, et Michel Finas, acteur principal de Trepanator et Alien platoon). Et au fil des interviews je me rends compte de l'affection suscitée par Moutier auprès de ses anciennes connaissances, et également du fait qu'il est tout de même une figure unique dans l'histoire du cinéma d'horreur français.
Je me dis qu'il est nécessaire de faire ce film, tant qu'il en est temps, car personne d'autre ne risque de le faire à ma place... alors qu'en fait, la plupart des personnes que j'ai contacté sont facilement accessibles grâce à internet.
Et évidemment, c'est un grand plaisir pour moi que de travailler là-dessus : je récupère des images d'archives et des vidéos inédites qui sont des trésors à mes yeux, je rencontre des personnes passionnées, et étant friand d'anecdotes insolites sur des coulisses de films, j'ai la chance d'en récolter pleins à chaque interview.
Je pense que même pour des personnes n'ayant jamais vu la filmographie de Norbert Moutier, le documentaire sera divertissant rien que pour ces histoires (de la même manière qu'on peut apprécier The disaster artist sans avoir vu The room).



Pour ce qui est de la distribution du film... j'y ai beaucoup réfléchi et j'ai pas mal hésité, mais au final la question ne se pose pas réellement puisqu'a priori Norbert Moutier détient les droits de tous ses films (dont un seul est sorti en DVD avec son accord), et qu'on m'a répété qu'il ne voulait plus en entendre parler, alors qu'il était déjà réticent à en céder les droits à l'époque où il était sur Paris...
Donc mon documentaire sera très certainement disponible gratuitement sur Youtube. Ce qui ne veut pas dire que je ne vais pas le soigner et le peaufiner, de sorte à ce qu'il soit à la hauteur de n'importe quel long-métrage documentaire professionnel.
Je me dis que le film me bénéficiera de toute façon, soit pour montrer mes capacités en tant que réalisateur et monteur vidéo (c'est mon boulot), soit éventuellement en m'apportant des abonnés sur ma chaîne Youtube, si jamais je veux la monétiser un jour.
Et sinon, ça aura juste été fait par passion... comme Norbert avec ses propres films, quoi !

Au passage, merci aussi de me contacter si jamais vous avez une quelconque info ou anecdote à me fournir, si vous connaissez des personnes que je devrais interviewer, ou si vous avez des photos ou tout autre document en lien avec Norbert Moutier.
Parmi les infos que je n'ai pas réussi à obtenir jusque là, il y a l'existence de la VHS du court-métrage Hemophilia dont je n'ai pas pu avoir la confirmation (on la voit dans des interviews de Moutier, mais impossible d'en retrouver la trace sur internet, peut-être qu'elle n'a jamais été vendue).

Sur ce, j'ai hâte de pouvoir vous présenter un avant-goût du film avec des extraits, mais j'attends encore d'avoir filmé quelques interviews supplémentaires.

30 commentaires:

  1. Intéressant comme projet. Bonne chance pour la suite et hâte de voir le résultat final.

    RépondreSupprimer
  2. Mais c'est une excellente initiative !!!!!

    RépondreSupprimer
  3. Super projet ! J'ai eu la chance de discuter avec Norbert Moutier dans sa boutique un an avant qu'elle ne ferme, une rencontre vraiment très sympathique, et deux Monster bis sous le bras en sortant... J'avais rêvé de réaliser une interview radio au long cours sur sa carrière, mais voilà, le temps file... Hâte de voir le documentaire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Du coup, t'aurais pas des infos à partager sur Moutier, par hasard ? Sinon, je cherche aussi des scans de Monster bis, en particulier pour avoir d'éventuelles pubs pour ses films ou sa boutique, est-ce que tu aurais moyen de faire ça ?

      Supprimer
    2. J'ai le monster bis TROMA'STORY. Pas facile à scanner sans le casser.... En attendant je peux te scanner le catalogue 2001 ...
      https://www.casimages.com/i/180507091049918026.jpg.html

      Supprimer
    3. Ouais je comprends, ne prends pas le risque de l'abimer. Merci déjà pour ce scan. Tu peux au moins me dire s'il y a des pubs pour les films tournés par Moutier ?

      Supprimer
    4. Non malheureusement pas de pub sur ses films ...
      comme promis les scan du catalogue 2001 + quelques pages du "spécial troma" ^^ - @+


      https://multiup.org/download/b1cff5753b0d0e2d5080bc03d71c1136/norbert-moutier-scans.rar

      Supprimer
    5. Génial, merci ! Tu veux que je te mette dans les remerciements ? Si oui, sous quel nom ?
      (Je viens de capter que toi et Le caillou magique venez du blog Zomblard from outer space)

      Supprimer
    6. Oui c'est bien nous ^^ fait comme tu veux mais si tu le fait Anacho suffira ^^
      je suis aussi l'admin du BdMag Exhumator. J'y ai proposé (entre autre )quelques Mad movies et Impact. Je ne me souviens pas si l'un des 2 mag parlent de Norbert M.

      @+

      Supprimer
    7. Ok c'est noté !
      Je ne sais pas, je sais juste que Moutier a écrit des articles dans Impact (si jamais tu en retrouves...)
      Je poserai la question à Putters éventuellement, car je dois l'interviewer aussi :)

      Supprimer
    8. Ah, Jpp notre JPP ! j'ai eu l'occasion de le croiser il y a fort longtemps lors d'un périple sur Paris, mais je n'ai pas oser l'aborder .... Je regrette désormais ...

      Supprimer
    9. Salut, j'ai scanné le monster bis spécial troma dans son entièreté ^^ Dispo sur le zomblard si ça t'intéresse....

      Supprimer
    10. Hey, merci beaucoup de m'avoir prévenu ! En plus je vois qu'il y a le VHSrip de Mad mutilator. J'ai le DVD mais peut-être que j'utiliserai la qualité VHS pour le docu, je sais pas encore.

      Supprimer
  4. J'ai pas mal fréquenté sa boutique, discuté beaucoup avec lui et apprécié chaque visite. Il avait même signé quelques articles pour Médusa ! Belle initiative !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Je ne savais pas que Moutier avait écrit pour Medusa aussi, je le mentionnerai sûrement dans le docu. Est-ce que par hasard il serait possible d'avoir des scans de quelques articles qu'il a écrit, si j'ai besoin de m'en servir comme illustrations ?

      Supprimer
    2. Hello ! Pour info c'est moi qui ait écrit le premier la chronique de Ogroff sur nanarland http://forum.nanarland.com/viewtopic.php?f=2&t=11026&p=294900&hilit=Mad+mutilator#p294900 en 2006. C'aurait été marrant que ce soit moi qui t'ai fait decouvrir ogroff et norbert moutier. Ma chronique n'a pqs été pris pour la review officielle mais ilq ont pas hésités a reprendre mes gifs animés fait avec amour sans me nommer (ce qu'ils ont fait après ma demande.

      Supprimer
    3. J'avais sûrement lu la chronique sur le forum à l'époque, merci pour les gifs alors !

      Supprimer
  5. tres bonne idee que ce doc, et dommage qu il ne veuille pas reediter ou ceder les droits comme tu le l ecrit plus haut, dinosaur from the deep aurait merité 1 reedition

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi ça m'embête surtout pour le docu ^^ Mais en un sens c'est compréhensible, Moutier a souvent été moqué et au fil du temps il est devenu méfiant.

      Supprimer
  6. Pas de problème pour les scans !
    Je vous ferai ça !

    RépondreSupprimer
  7. je l'envoie à quelle adresse mail ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut, envoie à : fry3th@hotmail.fr
      Merci !
      Tu veux que je te mettes sous quel nom dans les remerciements ?

      Supprimer
  8. Salut,
    J’ai sous le coude une interview croisée de Jean Rollin, Norbert Moutier et Richard J.Thomson, éditée en 1998 dans le fanzine « Phantom ». Ca te branche ? Tu peux aussi jeter un oeil dans les revues « Ciné Choc » et « Star Ciné Vidéo », Moutier y écrivait ponctuellement si je ne m’abuse… Voici un lien qui peut t’être utile : https://archive.org/details/cine_choc_002 (Sinon je crois que Didier avait mis à disposition certains numéros sur le blog de Médusa Fanzine, à vérifier)
    Enfin, si tu désires étoffer ta collection de Monster Bis, je t’invite à te pointer rapidos à la librairie Hors Circuit. Ils ont un stock d’une trentaine de volumes, état neuf de chez neuf, le tout en vente pour la modique somme du prix du béluga au kilo, mais tu peux toujours feuilleter, hein ! Parce que scanner un Monster Bis, franchement, c’est même pas concevable.
    Bravo pour ton projet, c'est cool.

    RépondreSupprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Norbert Moutier est décédé hier soir à 79 ans, RIP !

      Supprimer